Réflexologie à l’indienne pour les insomniaques, les colériques, les anxieux…

15012008

pg014100.jpg

Source photo : ayurveda

Un bol, en alliage de 5 métaux dont le principal est le cuivre, est lentement glissé sur la plante des pieds enveloppés de ghee (beurre clarifié).Pour ce massage on utilise du ghee (beurre clarifié) et non de l’huile pour équilibrer l’élément feu.
Ce massage s’adresse aux insomniaques, aux colériques, aux anxieux, et semblerait agir sur les points réflexes des pieds en stabilisant les énergies (équilibre des doshas) par élimination du feu en excès qui brûle notre vitalité.

Il permettrait d’améliorer la santé des yeux, et d’apporter calme et bien-être.

Source : guide du massage




Le yoga, excellent antidépresseur

29082007

Il n’est secret pour personne que la pratique du yoga forge un corps et un esprit sereins. Deux nouvelles études menées outre-Atlantique confirment ses bienfaits sur la santé. La première souligne que le yoga a des effets antidépresseurs. Il ferait grimper le taux de gabas neurotransmetteurs ayant une influence apaisante sur le cerveau. La seconde montre qu’il abaisse le taux d’anxiété, augmente la concentration et la motivation, le tout après huit semaines de pratique (…).

Journal of alternative and Complementary Medicine, mai 2007 et congrès de l’American College of Sports Medicine, juin 2007

Source : Psycholohies magazine n°266




La leçon de yoga, Sioux Berger

22082007

La leçon de yoga, Sioux Berger dans 6) Infos sante 410igwj5oflss500mb8




La Leçon de massage de Nicolas bertrand et Jean-Christophe Berlin

22082007

La Leçon de massage de Nicolas bertrand et Jean-Christophe Berlin dans 6) Infos sante 51ppcgppgmlss500qg8

Toutes les techniques expliquées en photos : effleurage, modelage, friction, palper-rouler, décordage… Des massages pour chaque partie du corps : dos, cuisses et jambes, pieds, ventre, épaules et bras, mains, cou et thorax, visage. Des programmes spécifiques : antistress, pour sportifs, automassages… Avec un DVD de plus de 1 heure pour s’entraîner et répéter les bons gestes.

Source : Amazon




Antidépresseurs : est-ce trop facile d’en obtenir?

28062007

Une enquête récente réalisée par le Journal de Montréal soutient qu’il ne faudrait que quelques minutes lors d’une visite chez le médecin pour se faire prescrire des antidépresseurs.

Ainsi, en cinq jours seulement, le journaliste s’est fait prescrire 271 antidépresseurs. Dix des 11 médecins consultés ont prescrit les antidépresseurs en quelques minutes seulement, la consultation n’ayant souvent même pas duré cinq minutes.

Le journaliste prétextait être déprimé et manquer d’intérêt pour certaines activités. Il prenait soin de ne pas évoquer une perte de poids ou des tendances suicidaires pour justifier la consultation.

Seulement trois médecins ont pris plus de 15 minutes pour la consultation et ont poussé plus loin pour identifier les causes de la supposée dépression.

Certains médecins ont également omis de dire au faux patient que le traitement aux antidépresseurs devait durer au moins six mois et qu’il ne fallait pas cesser abruptement la médication.

Huit des 11 médecins consultés ont recommandé de voir un psychologue en plus de la médication. Cinq ont demandé un examen sanguin.

La prescription aussi rapide d’antidépresseurs inquiète les spécialistes. Ceux-ci mettent notamment en cause la très forte pression des compagnies pharmaceutiques pour pousser la vente de leurs médicaments.

Ils blâment également les patients eux-mêmes et la pensée magique que ces petites pilules peuvent tout guérir. Selon un médecin de l’hôpital Charles-Lemoyne, 90 % des patients s’attendent à sortir de leur consultation avec une ordonnance en main.

En plus des antidépresseurs, le journaliste a réussi à se faire prescrire à trois reprises des médicaments pour dormir, de même deux semaines d’arrêt de travail.

L’an dernier, 7,5 millions d’ordonnances d’antidépresseurs ont été faites au Québec, soit deux millions de plus qu’en 2001.

http://www.src.ca/radio/maisonneuve/30012006/68963.shtml

 




Mal de dos : l’ordinateur innocenté !

28062007

Assis de longues heures devant votre ordinateur, il n’est pas rare que votre dos vous joue des tours. Souvent accusé, le travail sur écran est-il responsable de ces douleurs récurrentes ? Le point avec Doctissimo.

Plus d’un Français sur quatre souffre du dos et huit sur dix en souffriront durant leur vie. En 2000, un sondage réalisé par le Parisien attestait de la fréquence étonnante de ce trouble : 27 % des hommes et 36 % des femmes ressentent régulièrement des douleurs dorsales1.

La première cause d’arrêt de travail

Loin d’être anodine, la lombalgie chronique représente un coût important pour les malades et le système de santé dans son ensemble. La dernière étude datant de dix ans avait évalué les dépenses liées à ces douleurs en France entre 1,5 à 2 milliards d’euros par an, dont 500 millions d’euros pour les indemnités journalières liées aux arrêts de travail2.

D’où vient une telle épidémie ? L’explication tient très certainement à une multitude de facteurs au sein desquels le manque d’activité physique tient une place prépondérante. Mais la position assise prolongée est très souvent accusée de favoriser l’émergence de ces douleurs. Vrai ou faux ? A l’heure où le travail sur ordinateur touche de plus en plus de personnes, il était temps de tirer au clair cette question.

Gare aux vibrations et aux mauvaises positions !

Des chercheurs new-yorkais ont passé en revue 25 études portant sur le mal de dos et le travail en position assise prolongée, plus de la moitié du temps de travail. La conclusion est sans appel : Le travail sur écran n’est pas responsable de lombalgie ! Aucune raison donc d’accuser votre ordinateur lorsque votre colonne vous joue des tours.

La fréquence des lombalgies n’augmente que lorsque la position assise prolongée s’accompagne de vibrations ou de « mauvaises positions ». C’est plus la durée d’exposition des vibrations que leur amplitude qui s’avère néfaste. Au petit jeu de la profession la plus exposée, les grands perdants sont les pilotes d’hélicoptère. Ce métier multiplie par neuf le risque de développer une lombalgie.

Un, deux, trois… Bougez !

Pour éviter les mauvaises positions et limiter les autres problèmes liés au travail sur ordinateur comme la fatigue visuelle, quelques conseils peuvent vous aider. Vous les trouverez dans notre article « Dix règles pour mieux travailler sur ordinateur ».

Enfin, le travail sur ordinateur reste une activité sédentaire. Pour le bénéfice de votre dos mais aussi de votre coeur, veillez à pratiquer des activités physiques et sportives aussi régulièrement que possible. Choisissez l’escalier au lieu de l’ascenseur, marchez durant les pauses et pourquoi n’iriez-vous pas vous détendre à la piscine !

Source : http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/mal_de_dos/articles/9980-mal-de-dos-ordinateur.htm

 




« Alimentation sans gluten, ni laitages » de Marion Kaplan,

28062007

(…) « Quand l’ecosystème intestinal est pertubé, la digestion enzymatique fonctionne mal et l’ensemble de l’organisme se trouve menacé. Certains peptides gênent le fonctionnement de la sérotonine, neurotransmetteur indispensable au fonctionnement correct du cerveau et au bon équilibre psychologique. Un manque de sérotonine aboutit à des dépressions, de l’hypersensibilité, de l’émotivité exacerbée, des problèmes respiratoires, de l’hypotension et une dépendance au pain et au lait.On trouve une grande partie de ces symptômes dans la spasmophilie. Il ne suffit donc pas de e supplémenter en magnésium pour aller mieux, mais il faut supprimer aussi totalement le gluten pour que le cerveau ait des chances de fonctionner normalement. »(…) « Les études actuelles permettent d’affinier les degrés d’intolérance : on parle donc d’allergie, d’intolérance ou de sensibilité au gluten.

- On évoque l’allergie lorsque la réaction est immédiate : boutons, rougeurs, urticaires, oedèmes de Quincke, asthme, etc.

- On parle d’intolérance quand la sensibilité est retardée. La réaction peut se manifester dans les trois jours : ballonnements, colite, gaz, fatigue, insomnie, migraine, etc.. mais certaines personnes peuvent être intolérantes sans le savoir et sans manifestations digestives apparentes. Elles le découvriront peut-être lors d’une maladie si leur médecin pense à effectuer les analyses adéquates.

- La maladie coeliaque est la forme la plus grave de l’intolérance au gluten car elle génère des affections irréversibles, comme : ostéoporose, diabète, thyroïdite, cirrhose du foie, cancer digestif. Elle aboutit à la destruction des villosités intestinales (…)

Le questionnaire pour savoir si on est intolérant au gluten  :

- Etes vous souvent ballonné(e) ?
- Avez vous des pb de transit (diarrhée, constipation) ?
- AVez vous tendance à somnoler après les repas ?
- Etes vous fatigué(e) en permanence ?
- Avez-vous une colite douloureuse ?
- Avez-vous des crises de tétanie ?
- Avez-vous des douleurs articulaires ?
- Avez-vous des douleurs osseuses ?
- AVez-vous une mauvaise circulation dans les jambes ?
- Etes vous déprimé(e) ?
- Avez-vous des troubles de la mémoire ?
- AVez-vous des troubles du sommeil ?
- AVez-vous des troubles du comportement (sensation d’être dans une bulle ou de ne pas être dans la réalité) ?
- Avez-vous des pb de peau (eczéma, psoriasis, acné et autres) ?
- Avez-vous des pb osseux (ostéoporose, arthrose) ?
- Etes-vous anémié(e)
- Manquez-vous de fer ?
- Etes-vous carencé(e) en folates ?
- Manquez vous de magnésium ?
- Etes vous frileux ou frileuse ?
- Etes vous spasmophile ?
- Avez-vous des pb hormonaux ?
- Avez-vous des bouffées de chaleur ?
- Avez-vous des pb gynécologiques (pour les femmes) ?
- Avez-vous des pb de thyroïde ?
- AVez-vous des saignements anormaux ?
- Avez-vous des pb de foie ?
- AVez-vous des pb de vésicule biliaire ?
- Avez-vous une maladie auto-immune (polyarthrite, sclérose en plaques, cancer ou autre) ?
- Avez-vous les cheveux et le teint terne ?
- Etes vous émotif ?
- Avez-vous subi un choc psychologique important (deuil, divorce, déménagement, perte d’emploi, accouchement, mariage) ?
- Avez vous tendance à vous replier sur vous même ?

Pour les enfants :

Votre enfant est-il hyperactif ?
A-t-il du mal à se concentrer à l’école ?
Est-il capricieux ?
Est-il autiste ou schizophrène ?
A t-il un retard de croissance ?
A t-il des pb de peau ?

Réponses :

- De 2 à 6 points, vous êtes probablement sensible au gluten.
- Au dela de 6 points, on peut davantage parler d’intolérance au gluten
- Au dela de 12 points, il est conseillé de faire les tests de dépistage car, sans le savoir, vous souffrez peut etre de la maladie coeliaque. Le cas échéant, cela vaut la peine de ma dépister, car la Sécurité sociale pourra vous rembourser une certaine quantité de produits sans gluten.
(Répondez par oui ou non, oui = 1 point   non = 0 points)

Voir aussi :

http://www.chez.com/sgscdiet/

http://www.doctissimo.fr/html/nutrition/mag_2003/mag0530/nu_regime_sans_gluten.htm

 




L’eau c’est important

28062007

Un verre d’eau enlève la sensation de faim pendant la nuit pour presque 100% des personnes au régime comme le démontre l’université de Washington.

Le manque d’eau est le facteur N° 1 de la cause de fatigue pendant la journée.
Des études préalables indiquent que de 8 à 10 verres d’eau par jour pourraient soulager significativement les douleurs de dos et d’articulations pour 80% des personnes qui souffrent de ces maux.

Une simple réduction de 2% d’eau dans le corps humain peut provoquer une incohérence de la mémoire à court terme, des problèmes avec les mathématiques et une difficulté de concentration devant un ordinateur ou une page imprimée.

Boire 5 verres d’eau par jour diminue le risque de cancer du colon de 45 % et peut diminuer le risque de cancer du sein de 79% et de 50% la probabilité de cancer à la vessie.

Bois-tu la quantité d’eau que tu devrais, tous les jours ?

 




Le sucre est à la fois une drogue et un poison…

28062007

Il est regrettable que la grande majorité du public ne soit nullement conscient du fait que les sucres industriels et les farines raffinées sont tout aussi dangereux pour la santé que l’alcool et le tabac, voire que les drogues dites  » dures « . En effet, le sucre, tout particulièrement, crée une dépendance aussi forte que la morphine ou la cocaïne.

La toxicomanie au sucre est devenue l’une des affections les plus répandues et les plus meurtrières de notre temps.

Lorsqu’on voit les dégâts immenses que l’abus de sucre et de farines cause dans la santé des populations occidentales, il devient impérieux d’informer le public des dangers qu’il court.
Même s’il est difficile d’éliminer totalement de son alimentation ces produits nocifs, chacun peut se protéger en consommant le plus possible d’aliments naturels complets, pour que le corps reçoive les vitamines et enzymes nécessaires pour métaboliser et éliminer les substances indésirables.
Fort heureusement, notre corps est doté de mécanismes de dépollution très puissants qui fonctionnent fort bien tant que nous leur apportons les substances et les nutriments dont ils ont besoin.

Vous devez savoir qu’un litre de coca-cola contient, outre l’équivalent de trois tasses de café, 22 morceaux de sucre raffiné ! Alors, si vous voulez ne pas vous intoxiquer et/ou risquer ainsi devenir plus tard des consommateurs de drogues dures, supprimez le sucre blanc et remplacez-le éventuellement par du sucre de canne complet, du miel biologique non chauffé ou du sirop d’érable. Un adolescent nourri avec des produits sains risque beaucoup moins de s’adonner aux drogues que celui qui s’alimente avec du « Junk Food » (ce mot américain veut dire littéralement « nourriture-poubelle » et désigne l’alimentation industrielle moderne).

Les travaux remarquables du Docteur Béguin à La Chaux-de-Fonds, en Suisse, ont montré que des enfants auxquels on supprime le sucre blanc pour leur donner à la place du sucre de canne complet présentaient moins de caries que des enfants nourris au sucre blanc.

D’autres travaux ont montré la diminution de l’agressivité et des rixes dans les prisons où l’on avait supprimé le sucre blanc. Avec des sucres complets et naturels, vous verrez disparaître les moments d’excitation qui suivent la prise de sucre raffiné et les coups de pompe qui surviennent presque immanquablement une à deux heures après. Vous disposerez d’une énergie constante et sans à-coups. Vous rejoindrez alors les rangs de ces consommateurs avisés qui ne laissent plus les industries alimentaires, au nom du profit économique, ruiner leur santé.

Les sucres cachés


La plus grande partie du sucre que nous consommons se présente sous une forme vicieuse. Le sucre blanc et raffiné est caché dans les desserts, pâtisseries, biscuits, glaces, boissons mais aussi dans les desserts lactés, les conserves, les plats préparés, etc.…

Le saccharose fait partie des substances à calories vides, riches en calories, mais pauvres et même dénuées complètement de vitamines, minéraux et oligo-éléments. Le saccharose consomme des minéraux de l’organisme pour son métabolisme, sans en apporter, d’où son effet déminéralisant. La première prévention de l’ostéoporose et de la carie dentaire est la suppression pure et simple du sucre blanc raffiné, tant visible que caché.

D’autres sucres sont utilisés dans l’industrie alimentaire :
Le maltose et le lactose, Le lévulose ou fructose, Le mannose et le xylose, Les dextrines, Le malt d’orge, Les sirops de blé, de maïs, Les faux sucres,  » Aspartam  » (encore plus toxiques que le sucre raffiné), Le sorbitol, Le Xylitol (dans les chewing-gums)

 

Le rôle immunodépresseur du Sucre :

Le sucre provoque notamment des désordres hormonaux, voire l’épuisement des glandes, y compris les surrénales et la thyroïde. Il diminue également l’efficacité des globules blancs et le système immunitaire en général. On peu dire qu’il est, à terme, IMMUNODEPRESSEUR. Chez certains sujets, on peut même parler d’une intolérance, voire d’une allergie.
Une véritable dépendance

Consommer du sucre donne souvent une sensation d’euphorie, sensation bien agréable du manque comblé. On retrouve là la notion bien connue de dépendance. Combler mon manque devient ma principale préoccupation. Nous comblons le vide de notre existence en mangeant des biscuits, des bonbons, du chocolat, etc.

Nous ne savons pas si c’est le  » sucrisme  » qui entraîne une dépendance ou un état de dépendance qui entraîne une  » sucromanie « , laquelle est susceptible de se déplacer vers d’autres dépendances (tabacomanie, toxicomanies, alcoolomanie, etc.) Cette dépendance pouvant être psychologique mais aussi physique.

Conclusion :

Les maladies et les troubles de la santé liés à la consommation de sucre sont malheureusement en constante augmentation :
Diabète, hypoglycémie, troubles hormonaux, troubles de l’immunité, polytoxicomanie, troubles mentaux, consommation de médicaments psychotropes, ostéoporose, déminéralisation, obésité, cholestérol, athérosclérose.
Cette liste n’est pas exhaustive, elle reprend les principales pathologies liées bien souvent avec la consommation de ce produit.

Les peuples qui consomment le plus de sucre (Etats-Unis, Canada, Angleterre, etc.…) sont aussi ceux le plus atteints par les maladies précitées.
Ne conviendrait-il pas alors de rajouter le SUCRE BLANC à la liste des drogues de toutes sortes, tabac, alcool, cocaïne, héroïne, morphine, médicaments…. Certainement oui….. !!!

Laure POULIQUEN 6 juillet 2000

Article tiré du site :
http://webmaster555.free.fr/medecine/sucre/sucre3.html

 




Interaction entre le pamplemousse et certains médicaments

28062007

Le pamplemousse et son jus peuvent avoir des effets graves, parfois mortels, lorsqu’on les consomme en combinaison avec certains médicaments.

Voir suite :

http://www.hc-sc.gc.ca/iyh-vsv/food-aliment/grapefruit-pamplemousse_f.html







Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
L'Association des Parents d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres