La recherche de nouvelles informations susceptibles d’enrichir et de corriger les visions invalides de vous mêmes

6092007

(…) N’oubliez pas que la validité consiste à vous abstenir de conclure lorsque vous ne disposez pas d’informations suffisantes et pertinentes pour le faire. Par exemple, le fait de croire que personne ne pourra jamais vous aimer sous-tend, en toute logique, que vous êtes capable de prédire l’avenir ! Vous ne disposez évidemment pas de ces informations. Vous constaterez vite qu’il est malsain de généraliser ainsi contre vous même une pareille affirmation. Il est donc plus constructif de ne pas conclure. (…)

Certaines interrogations vous serons utiles pour corriger les dimensions invalides de votre identité. Posez vous d’abord les deux questions suivantes, qui sont très importantes :

1) Ai-je plus d’avantages ou d’inconvénients à entretenir mes croyances sur moi même ?

2) Est ce que certains de mes comportements me nuisent ou nuisent aux autres ?

Ces deux interrogations générales vous aideront à savoir si vos croyances et vos comportements favorisent votre bien-être ou si, au contraire, ils détruisent votre vision de vous même. En sondant ainsi vos croyances, la remise en question vous fait un peu adopter l’attitude du scientifique qui cherche à vérifier la validité de ses hympothèses.

Les autres questions qui suivent vous permettront de savoir en quoi certaines de vos conclusions sont fausses à votre sujet.

Pour vous assurer que les informations sur vous même sont pertinentes et suffisamment nombreuses :

- Les informations dont je dispose sur moi même sont elles suffisantes pour me permettre de tirer des conclusions comme « je ne peux pas réussir » ou « telle personne ne m’apprécie pas »?

- Ces informations sont-elles pertinentes ? Autrement dit, ces informations me concernent-elles vraiment ?

- Les informations dont je dispose sur moi même me permettent-elles de tirer ma (seule) conclusion ou existe-t-il d’autres possibilités ?

Pour évaluer la validité de votre vision de vous même, vous pouvez vous concentrer sur certains aspects spécifiques :

- Mes conclusions à mon sujet me rendent-elles plus heureuse (harmonie et bien être) ou plus malheureux (autodénigrement, conflits identitaires ou conflits interpersonnels, par exemple) ?

- Ma vision de moi même est elle réaliste : décrit elle ce qui se passe vraiment dans ma vie ?

- N’y aurait il pas des distorsions dans la manière dont je tire des conclusions à mon sujet ? Si oui, existe t-il d’autres possibilités tout aussi pertinentes pour expliquer ce que je pense de moi même ?

- Ma vision de moi même se base t-elle sur des faits réels où son contenu est-il majoritairement imaginé ou ressenti (émotion) ? Par exemple, si j’ai l’impression que mon avenir sera tissé d’échecs – en amour et au travail, notamment-il s’agit d’une généralisation qui ne se fonde pas sur des faits réels.

- Mes dimensions de moi même sont elles cohérentes ? En d’autres mots, est ce que certaines dimensions de moi même en contredisentnt d’autres ? Ces dimensions sont-elles inconhérentes face à mes expériences passées ? Par exemple, si je suis persuadé de ne rien pouvoir réussir mais que j’arrive à me souvenir de plusieurs succès passés, ma conception de l’avenir ne correspond pas à mes expériences…

- La manière dont je me perçois provient-elle vraiment de moi même, de mes choix et de mes valeurs ?Provient-elle surtout des autres et de la société ? Dans ce cas, existe-il d’autres possibilités ? Si les réalisations et les standards que je privilègie sont ceux de mon entourage mais ne constituent pas pour moi une source de bien être, ils risquent de provoquer des conflits dans mon identité.

Pour remettre en question les distorsions

- Suis-je trop exigeant envers moi même (perfectionnisme) ?

- Est ce que je mets surtout l’accent sur les insatisfactions dans ma vie (sélection d’informations négatives) ?

- Ma manière de m’évaluer est-elle valide et pertinente (manque d’estime de soi, autodénigrement et généralisation) ?

- Est ce que je me préoccupe de ce que les autres pensent de moi au point de me sentir gêné et anxieux (concentration excessive sur soi même) ?

- Est ce que mes attitudes suscitent des réactions désagréables de la part des autres (orgueil, surestime de soi) ?

- Est ce que je fais toujours tourner les évènements autour de ma personne (concentration excessive sur moi même, égocentrisme) ?

- Est ce que mes réactions sont disproportionnées par rapport aux évènements (faible tolérance à la frustration, susceptibilité) ?

- Est ce que je vis de la solitude (désir d’appartenir à un groupe) ?

- Est ce que je tolère de ne pas toujours réussir et de ne pas obtenir tout ce que je veux ? Est ce que j’admets que les gens adoptent des valeurs différentes et voient les choses d’une autre manière que moi (fausses croyances sur soi même et sur la vie) ?

- Est ce que des réactions inappropriées à des situations difficiles sont devenues des habitudes chez moi (réaction de contournement) ?

- Est ce que j’ai tendance à m’affirmer contre les autres (orgueil, sur estime de soi, dépréciation des autres) ?

- Est ce que les différentes dimensions de moi même se contredisent les unes les autres ? Autrement dit, est ce que mes idéeaux, ce que je crois devoir faire et ce que je suis correspondent bien ensemble (conflit identitaire) ?

 

Source : Qui suis-je, Nicolas Sarrasin




Questions pour m’aider à trouver d’autres pensées

28062007

1 – Examen de la réalité

Est- ce une pensée ou un fait réel ?

Ai – je examiné la situation dans tous ses détails ?

Quels sont les faits qui me font dire ça ?

Quels sont les faits qui pourraient me faire penser autrement ?


2 – Décentration


Que penserait quelqu’un d’autre face au même événement ?

Que dirai-je à quelqu’un qui vivrait la même situation ?

Qu’en aurais-je pensé il y a 10ans ? Qu’en penserai-je dans 10ans ?

Qu’en penserai-je dans un autre lieu ?


3 – Divers :


Quelles sont les conséquences de ma manière de penser ? Quels sont mes buts ?

Quels sont les avantages et les inconvénients de cette manière de penser ?

Comment reformuler ma pensée pour qu’elle soit plus positive ?

Est-ce que je généralise ? Est ce que je personnalise ?

Est-ce que je ne vois que mes côtés faibles, oubliant mes côtés positifs ?

Est-ce que j’exagère les risques de désastre ?

Est-ce que ce que je pense est vrai, et si c’est vrai, est ce grave ?

Est- ce que ce que je pense m’aide à me sentir mieux et à être  plus efficace ?







Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
L'Association des Parents d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres