Cotez sa peur

28062007

Premièrement, en la cotant vous pourrez constater par vous même les différences entres les chiffres notés à divers moments des crises. Vous pourrez voir que les crises n’atteignent pas toujours nécessairement un niveau super élevé et donc vous serez plus rassurés. Quand on commence a ressentir cela, on peut voir avec le temps et la compréhension de cette méthode là que l’on a moins cette envie d’échapper. Vous saurez que c’est vous et non la situation phobogène qui détermine votre peur.

 

Deuxièmement en la cotant vous transformez votre vécu en une expérience objective et vous pourrez donc a ce moment devenir non plus celui qui subit mais simplement l’observateur critique de votre peur phobique comme vous le seriez pour un autre symptôme tel la rage de dent, les maux d’estomac, de tête etc… En souffrant de maux de ventre on apprend a doser la douleur et a la finale ça ne nous fait plus peur. ça peut faire mal certes mais ce n’est plus apeurant. Quand vous contrôlez votre peur, que vous l’observez et que vous la cotez, vous apprenez à la manipuler de façon a ce qu’elle ne vous terrifie

plus autant qu’avant. En gros vous apprenez a la considérer comme une douleur qui part et revient, que vous traitez, et supporterez mieux au fil du temps et la peur (douleur) ne sera plus effrayante.

 

Barème pour coter vos peurs :  (exemple)

 

0 – relaxation :

 

Vous êtes calme, en paix, tranquille.

 

1 -  Anxiété légère :

 

des petits courants d’anxiété, un début léger de nervosité

 

2 – Anxiété faible :

 

Anxiété faible Des papillons dans l’estomac, des tensions musculaires, définitivement nerveux.

 

3 – Anxiété modéré :

 

Sensation inconfortable mais vous gardez la maîtrise de la situation, le coeur commence a battre plus rapidement, la respiration

augmente, les paumes des mains sont moites.

 

4 – Anxiété marquée :

 

Sensation inconfortable ou de se sentir flotter, le coeur bat plus vite, les muscles sont tendus, vous vous demandez si vous allez

maintenir le contrôle.

 

5 – Début de panique :

 

Le coeur bat plus fort et les battements sont irréguliers, la respiration est forcée, étourdissements, réaction à l’espace (de

flotter), une peur réelle de perdre le contrôle, l’idée de fuir compulsivement.

 

6 – Attaque de panique modérée :

 

Palpitations, difficulté a respirer, sensation d’être désorienté(e) ou d’être détaché(e), d’irréalité. c’est une panique perçu

comme une perte de contrôle.

 

7 – 10 Attaque de panique majeure :

 

Tous les symptômes du niveau 6 amplifiés, terreur, la crainte de devenir fou, folle, ou de mourir, c’est la fuite

compulsive.

 

Voilà. maintenant a vous de tenter de coter vos peur et d’observer ses fluctuations. A chaque fois qu’elle se manifestera essayé de lui donner un niveau, observez la et vous verrez qu’avec le temps, elle baissera par elle même. ça prend du temps mais ça marche







Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
L'Association des Parents d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres