Je ne sais pas garder mes amis

29 08 2007

 En amtié, le plus difficile n’est pas forcément de créer des liens, mais de les entretenir. Certains en sont incapables, et en souffrent.(…) 

(…) Une incapacité à donner et à recevoir

Dans psychologie de l’amitié, le psychosociologue Jean Maisonneuve note que la fidélité reste l’un des critères fondamentaux de ce lien : à croire, écrit-il, que l’amitié tient lieu de « défi au temps, voire à la mort ». Mais ce défi exige des efforts. « C’est par flemme que je perds de vue mes amis, avoue, gênée, Mélanie, 40 ans. Je suis débordée par les rdv avec les uns, les coups de fil aux autres… L’amitié demande du temps.  Et de l’attention, de l’affection, des services à rendre, « parce que, comme toutes les relations durables, elle est fondée sur un échange », souligne le psychiatre Gérard Apfeldorfer : « On donne pour recevoir en retour. C’est ce va-et-vient qui permet de tisser la relation. » Encore faut il savoir donner et recevoir, ce qui, d’après le psychiatre, pose problème à beaucoup. Aux personnalités narcissiques d’abord, trop centrées sur elles mêmes pour entendre les besoins de l’autre ; aux personnalités dépendantes ensuite, qui peuvent donner beaucoup, mais dans le seul but de recevoir plus encore : l’autre se sent alors contraint, voir manipulé, et rompt le lien.

Une pseudo-indépendance

Gérard Apfeldorfer évoque également les « grands indépendants » qui « ne veulent rien devoir à personne ». Or, ce goût de l’indépendance n’est parfois qu’un prétexte, dissumulant une difficulté à « faire lien », explique-t-il : « C’est le propre des personnalités « évitantes ». A l’origine ? Une hypersensibilité affective : « On fuit tout engagement affectif, par phobie à l’égard des émotions qu’il entraîne » – peur de se sentir « étouffé », de tomber en état de dépendance, d’être abandonné… La psychanalyste Danièle Brun s’en refère, elle au passé de l’individu : « les premières histoires d’amitié, pour peu qu’elles aient été douloureuses, laissent des empreintes indélébiles. » Eviter la relation ou ne la vivre que superficiellement devient alors un moyen inconscient de se protéger de ces blessures passées. (…)

Si vous voulez avoir l’article complet, voir dans le magazine Psychologies N°266

 


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Alex Blog |
Notre mariage - Il nostro m... |
L'Association des Parents d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CANTERBURY T@LES
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres